• 08 Jan 2016
    392 Posted by Poster
  • By Poster
    Jan 08, 2016 392
  • 08 Jan 2016
      From Visually.
    332 Posted by Poster
  • By Poster
      From Visually.
    Jan 08, 2016 332






185

151

136

131

126

113

112

107

106

106

104

99

91

84

64

60

58

57

53

51

36

36

33

20

19

19

18

18

15



Groups


Map View
Grid View
List View



Musicbox



Blogs


  • 03 Mar 2014
    Ivorian cuisine is the traditional cuisine of Côte d'Ivoire, or Ivory Coast, and is based on tubers, grains, chicken, seafood, fish, fresh fruits, vegetables and spices, and is very similar to that of neighboring countries in West Africa.   Photo: kedjenou   Common foods and dishes Common staple foods include grains and tubers. Côte d'Ivoire is one of the largest cocoa producers in the world, and also produces palm oil and coffee. Cassava and plantains are significant parts of the Ivorian cuisine. A type of corn paste called “Aitiu” is used to prepare corn balls, and peanuts are widely used in many dishes. Attiéké is a popular side dish in Côte d'Ivoire made with grated cassava and is very similar in taste and consistency to couscous.    Photo: Attiéké   Grilled fish and grilled chicken are the most popular non-vegetarian foods. Lean, low-fat Guinea fowl, which is popular in the region is commonly referred as poulet bicyclette. Seafood includes tuna, sardines, shrimp and bonito, which are similar to tuna.   Photo: Grilled fish   Kedjenou is a type of spicy stew consisting of chicken and vegetables that are slow-cooked in a sealed pot with little or no added liquid, which concentrates the flavors of the chicken and vegetables and tenderizes the chicken. It's usually cooked in a pottery jar called a canary, over a slight fire, or cooked in an oven.   Photo: Kedjenou     Fruits and vegetables  Widely-consumed fruits include cuties, mango, passion fruit, sour sops and coconuts. Eggplant is a commonly used vegetable in many dishes.    Foutou, (foo – too, not to be confused with Fufu) is a very popular dish in Côte d'Ivoire and Ghana. It comes in the form of a dense ball made from cassava, plantain or yam and is eaten with a sauce on the side. This is a dish that originates from Côte d’Ivoire, West Africa. The vegetable is boiled and then pounded in a mortar using a long pestle (usually made of Acacia wood). The repetitive action (often rhythmic and even sung) is accurate; the ball is returned and moistened with warm water while the pestle (pilon) is raised.   Photo: Foutou     Preparing several Foutou balls is required for a family. The preparation of this dish is the opportunity for a friendly meeting, traditionally in the morning during which people talk (or sing), pound, and cook on a wood-burning fireplace.According to a pre-21st century survey, the Banana Foutou is particularly popular in Abidjan and in the East of Côte d'Ivoire, Yam Foutou in the central and northern parts of the country, and Cassava Foutou in the West.   Photo: Foutou   Beverages Bangui is a local palm wine. It is created from the sap of various species of palm tree such as the palmyra, date palms and coconut palms.   Photo: Bangui   Maquis and restaurants Ivorians have a particular kind of small, open-air restaurant called a maquis, which is unique to Côte d'Ivoire. Maquis normally feature braised chicken and fish served with onions and tomatoes, attiéké, and/or kedjenou.   Maquis normally feature beef kebab, braised chicken, and fish served with chopped onions, diced tomatoes, fresh pepper cuts, attiéké, rice, and/or kedjenou. In Côte d'Ivoire, the Maquis is the ultimate spot to meet, eat and drink for cheap, dance, and have a good time with friends.The Maquis in Abidjan are the go-to places to enjoy the popular music genres from Côte d'Ivoire including zoblazo, zouglou and Coupé-Décalé.   Photo: Allocodrome de Cocody  
    57050 Posted by Poster
  • By Poster
    Ivorian cuisine is the traditional cuisine of Côte d'Ivoire, or Ivory Coast, and is based on tubers, grains, chicken, seafood, fish, fresh fruits, vegetables and spices, and is very similar to that of neighboring countries in West Africa.   Photo: kedjenou   Common foods and dishes Common staple foods include grains and tubers. Côte d'Ivoire is one of the largest cocoa producers in the world, and also produces palm oil and coffee. Cassava and plantains are significant parts of the Ivorian cuisine. A type of corn paste called “Aitiu” is used to prepare corn balls, and peanuts are widely used in many dishes. Attiéké is a popular side dish in Côte d'Ivoire made with grated cassava and is very similar in taste and consistency to couscous.    Photo: Attiéké   Grilled fish and grilled chicken are the most popular non-vegetarian foods. Lean, low-fat Guinea fowl, which is popular in the region is commonly referred as poulet bicyclette. Seafood includes tuna, sardines, shrimp and bonito, which are similar to tuna.   Photo: Grilled fish   Kedjenou is a type of spicy stew consisting of chicken and vegetables that are slow-cooked in a sealed pot with little or no added liquid, which concentrates the flavors of the chicken and vegetables and tenderizes the chicken. It's usually cooked in a pottery jar called a canary, over a slight fire, or cooked in an oven.   Photo: Kedjenou     Fruits and vegetables  Widely-consumed fruits include cuties, mango, passion fruit, sour sops and coconuts. Eggplant is a commonly used vegetable in many dishes.    Foutou, (foo – too, not to be confused with Fufu) is a very popular dish in Côte d'Ivoire and Ghana. It comes in the form of a dense ball made from cassava, plantain or yam and is eaten with a sauce on the side. This is a dish that originates from Côte d’Ivoire, West Africa. The vegetable is boiled and then pounded in a mortar using a long pestle (usually made of Acacia wood). The repetitive action (often rhythmic and even sung) is accurate; the ball is returned and moistened with warm water while the pestle (pilon) is raised.   Photo: Foutou     Preparing several Foutou balls is required for a family. The preparation of this dish is the opportunity for a friendly meeting, traditionally in the morning during which people talk (or sing), pound, and cook on a wood-burning fireplace.According to a pre-21st century survey, the Banana Foutou is particularly popular in Abidjan and in the East of Côte d'Ivoire, Yam Foutou in the central and northern parts of the country, and Cassava Foutou in the West.   Photo: Foutou   Beverages Bangui is a local palm wine. It is created from the sap of various species of palm tree such as the palmyra, date palms and coconut palms.   Photo: Bangui   Maquis and restaurants Ivorians have a particular kind of small, open-air restaurant called a maquis, which is unique to Côte d'Ivoire. Maquis normally feature braised chicken and fish served with onions and tomatoes, attiéké, and/or kedjenou.   Maquis normally feature beef kebab, braised chicken, and fish served with chopped onions, diced tomatoes, fresh pepper cuts, attiéké, rice, and/or kedjenou. In Côte d'Ivoire, the Maquis is the ultimate spot to meet, eat and drink for cheap, dance, and have a good time with friends.The Maquis in Abidjan are the go-to places to enjoy the popular music genres from Côte d'Ivoire including zoblazo, zouglou and Coupé-Décalé.   Photo: Allocodrome de Cocody  
    Mar 03, 2014 57050
  • 06 Apr 2010
     "A poet once said: "Carpe diem quam minime credula postero" which meant seize the day trusting as little as possible in the future. Most people only know the first part "Carpe diem", probably because not trusting tomorrow is too damn cynical. It is to me anyway. Sure you can't rely on tomorrow. We're not guaranteed we'll have it. But we can't be afraid of it either. " ~ Hal Jordan, Green Lantern, Issue #8 Blackest Night, DC Comics. ~  
    7650 Posted by DamzelD
  • By DamzelD
     "A poet once said: "Carpe diem quam minime credula postero" which meant seize the day trusting as little as possible in the future. Most people only know the first part "Carpe diem", probably because not trusting tomorrow is too damn cynical. It is to me anyway. Sure you can't rely on tomorrow. We're not guaranteed we'll have it. But we can't be afraid of it either. " ~ Hal Jordan, Green Lantern, Issue #8 Blackest Night, DC Comics. ~  
    Apr 06, 2010 7650
  • 04 Feb 2014
    La Côte d'Ivoire possède une culture diversifiée.   L’art ivoirien Les civilisations africaines, en particulier celle de la Côte d’Ivoire, ont toujours accordé la primauté à la fonction sur la forme. La beauté n’est jamais recherchée pour elle-même. Elle est atteinte lorsqu’il existe un accord fondamental entre la pensée religieuse et l’objet chargé de l’exprimer ou de la servir (ustensiles, statues, masques, etc.). Ce que les collectionneurs appellent "l’art africain", ce sont en fait des objets usuels ou culturels qui, désacralisés ou unitilisés aujourd’hui, sont vendus comme pièces de collections.   Quatre grands groupes ethniques peuplent la Côte d’Ivoire :- les Mandé dans le Nord-Ouest (Malinkés, Dan, Gouro…)- les Voltaïques dans le Nord-Est (Sénoufo, Lobi, Koulango…)- les Krou dans le Sud-Ouest (Bété, Guéré, Dida, Wobé…)- les Akan dans le Sud -Est (Baoulé, Agni, Abron, Attié…)Chacun de ces groupes témoigne de son art de vivre à travers ses réalisations.    Photo : Le Palais de la culture d'Abidjan   Le bois et le bronze Raphia, rotin, bois et bambou permettent les vanneries, sculptures sur bois, meubles d’art… Le bronze, travaillé selon la technique ancestrale de la cire perdue, est connu presque partout en Côte d’Ivoire.   Les statues et masques La principale différence entre statue et masque réside dans le fait que la première reste immobile pendant les cérémonies, tandis que le second participe à toutes les phases du rite puisque attaché autour du visage d’un participant, souvent un initié, dont l’incognito est préservé. La statuaire en pays Baoulé (avec le siège Baoulé du chef), et Sénoufo (représentant le premier couple) est la plus célèbre. Les masques Dans, Baoulés, Gouro, Guérés, Bété… sont les plus côtés chez les connaisseurs.    Photo : Masque Gouro   Les instruments de musique Ils sont associés aux différentes formes de cultes. Les tam-tams, dont la base rythmique est souvent soutenue par des calebasses recouvertes de perles ou de cauris, sont les plus célèbres. Ils émettent un son grave et vibrant. Le Balafon (ou Xylophone) particulièrement utilisé dans le Nord du pays, est aussi apprécié par les Baoulés, les Dans et les Guérés.   Photo : Tam-tams de Côte d'Ivoire   La poterie Pratiquée par toutes les ethnies et le plus souvent par des femmes, la poterie est très présente chez les Malinké. Jattes, canaris et vases sont montés à la main et cuits sur le feu. Les poteries de Katiola sont les plus renommées du pays.    Photo : Confection de poteries   La danse La plupart des danses ont des significations religieuses. La région de l’Ouest est une des plus riches de Côte d’Ivoire en ce qui concerne les danses traditionnelles. Environ 300 font partie des traditions. Parmi les plus connues : le temate de Facobly (hommage des jeunes filles aux esprits favorables à une abondante récolte de riz), la danse des échassiers de Gouessesso et Danane (imagination chorégraphique et adresse gymnique de jeunes gens masqués sur des échasses de 3 m de haut), la danse Gouah (geste collectif de gratitude des jeunes initiés à l’adresse des Dieux bienfaisants).   Photo : La danse Temate
    7147 Posted by Poster
  • By Poster
    La Côte d'Ivoire possède une culture diversifiée.   L’art ivoirien Les civilisations africaines, en particulier celle de la Côte d’Ivoire, ont toujours accordé la primauté à la fonction sur la forme. La beauté n’est jamais recherchée pour elle-même. Elle est atteinte lorsqu’il existe un accord fondamental entre la pensée religieuse et l’objet chargé de l’exprimer ou de la servir (ustensiles, statues, masques, etc.). Ce que les collectionneurs appellent "l’art africain", ce sont en fait des objets usuels ou culturels qui, désacralisés ou unitilisés aujourd’hui, sont vendus comme pièces de collections.   Quatre grands groupes ethniques peuplent la Côte d’Ivoire :- les Mandé dans le Nord-Ouest (Malinkés, Dan, Gouro…)- les Voltaïques dans le Nord-Est (Sénoufo, Lobi, Koulango…)- les Krou dans le Sud-Ouest (Bété, Guéré, Dida, Wobé…)- les Akan dans le Sud -Est (Baoulé, Agni, Abron, Attié…)Chacun de ces groupes témoigne de son art de vivre à travers ses réalisations.    Photo : Le Palais de la culture d'Abidjan   Le bois et le bronze Raphia, rotin, bois et bambou permettent les vanneries, sculptures sur bois, meubles d’art… Le bronze, travaillé selon la technique ancestrale de la cire perdue, est connu presque partout en Côte d’Ivoire.   Les statues et masques La principale différence entre statue et masque réside dans le fait que la première reste immobile pendant les cérémonies, tandis que le second participe à toutes les phases du rite puisque attaché autour du visage d’un participant, souvent un initié, dont l’incognito est préservé. La statuaire en pays Baoulé (avec le siège Baoulé du chef), et Sénoufo (représentant le premier couple) est la plus célèbre. Les masques Dans, Baoulés, Gouro, Guérés, Bété… sont les plus côtés chez les connaisseurs.    Photo : Masque Gouro   Les instruments de musique Ils sont associés aux différentes formes de cultes. Les tam-tams, dont la base rythmique est souvent soutenue par des calebasses recouvertes de perles ou de cauris, sont les plus célèbres. Ils émettent un son grave et vibrant. Le Balafon (ou Xylophone) particulièrement utilisé dans le Nord du pays, est aussi apprécié par les Baoulés, les Dans et les Guérés.   Photo : Tam-tams de Côte d'Ivoire   La poterie Pratiquée par toutes les ethnies et le plus souvent par des femmes, la poterie est très présente chez les Malinké. Jattes, canaris et vases sont montés à la main et cuits sur le feu. Les poteries de Katiola sont les plus renommées du pays.    Photo : Confection de poteries   La danse La plupart des danses ont des significations religieuses. La région de l’Ouest est une des plus riches de Côte d’Ivoire en ce qui concerne les danses traditionnelles. Environ 300 font partie des traditions. Parmi les plus connues : le temate de Facobly (hommage des jeunes filles aux esprits favorables à une abondante récolte de riz), la danse des échassiers de Gouessesso et Danane (imagination chorégraphique et adresse gymnique de jeunes gens masqués sur des échasses de 3 m de haut), la danse Gouah (geste collectif de gratitude des jeunes initiés à l’adresse des Dieux bienfaisants).   Photo : La danse Temate
    Feb 04, 2014 7147
  • 04 Feb 2014
    Les masques revêtent une très grande importance dans les cérémonies d'Afrique et surtout en Côte d'Ivoire. Le mot désigne aussi bien l'objet que la personne qui le porte à l'occasion de ces cérémonies. Le masque est un objet en bois sculpté. Il y a un danseur, un costume, « un esprit » ou un « génie » qui l'habite. Il est un « être sacré », instrument d'harmonie sociale. Dans la société traditionnelle, le masque est à la fois une institution religieuse, politique et sociale. Il est médiateur entre Dieu, les ancêtres et les hommes. Il intervient dans les décisions politiques, accompagne les semailles et les récoltes, punit les coupables, assure la pérennité du savoir, accueille l'enfant à sa naissance, lui permet de devenir adulte, l'amène au monde de la sagesse et l'accompagne dans sa mort.   Masques Dan À l'ouest du pays, dans la région de Man et Touba, les Dans sont créateurs d'un style de masque particulier, de forme ovoïde, parfois orné de cauris.   Photo : Masque Dan   Masques Akan L'institution du masque n' existait pas chez les Baoulés avant la migration qui les a conduit du Ghana en Côte d'Ivoire sous la conduite de la Reine Pokou. Goli, masque d'origine Gouro, est un masque-heaume en forme de tête de buffle qui ne sort que pour les grandes occasions. Goli est le fils de Nyamien, le dieu du ciel. Il est aussi le père de Kplé-Kplé. Goli est une divinité protectrice. Il fait partie des Amouins, les grands masques Baoulés. Le Goli et le Kplé-Kplé sont Akan. Le porteur du masque Goli est un initié plongé dans un sommeil hypnotique. Son costume se compose d'une grande cape, d'une jupe en fibres de raphia, de grelots aux pieds et il porte une peau de panthère sur le dos.     Photo : Masque Baoulé   Masques Sénoufos Chez les Sénoufos, les masques représentent aussi bien le corps humain que les divers animaux (serpents, crocodiles, caméléon) dont le grand calao qui joue un rôle essentiel dans la liturgie de ce peuple du nord du pays, dans la région des savanes, autour des villes de Boundiali, Tingréla et Korhogo. Pour Le Poro, rite initiatique des jeunes Sénoufos d'une durée de 7 ans, les masques utilisés sont souvent à visage humain et de petite taille. À l'occasion de cérémonies particulières, les masques peuvent être d'une très grande complexité en associant bois, raphia, plumes, feuilles sur des motifs humains et animaliers. Les masques-heaumes zoomorphes sont appelés Wanyugo et sont utilisés dans le cadre du « Poro » ; les masques Kpélyé1sont utilisés lors des funérailles. Leurs danses durent en général toute la nuit.    Photo : Masque waniugo du nord de la Cote d'Ivoire   Masques Bétés Le masque Bété est une figure artistique et culturelle originaire du groupe ethnique Bété de Côte d'Ivoire. À l'origine, le masque, appelé Grè en Bété est une entité traditionnelle venue de l'ouest montagneux. Le Glè vient du mot Gla de l'ethnie Guéré. Il a subi des transformations tout au long de son parcours.     Photo : Masque Bété, xxe siècle   Masques Yohourés Chez les Yohourés, les masques servent à influencer les forces surnaturelles considérées comme responsables des maux des hommes et de leur prospérité. Ils sont interdits aux femmes. Les masques Yohouré sont en général entourés d'une bordure dentelée. Les Yohourés font danser 7 masques lors des funérailles.
    5909 Posted by Poster
  • By Poster
    Les masques revêtent une très grande importance dans les cérémonies d'Afrique et surtout en Côte d'Ivoire. Le mot désigne aussi bien l'objet que la personne qui le porte à l'occasion de ces cérémonies. Le masque est un objet en bois sculpté. Il y a un danseur, un costume, « un esprit » ou un « génie » qui l'habite. Il est un « être sacré », instrument d'harmonie sociale. Dans la société traditionnelle, le masque est à la fois une institution religieuse, politique et sociale. Il est médiateur entre Dieu, les ancêtres et les hommes. Il intervient dans les décisions politiques, accompagne les semailles et les récoltes, punit les coupables, assure la pérennité du savoir, accueille l'enfant à sa naissance, lui permet de devenir adulte, l'amène au monde de la sagesse et l'accompagne dans sa mort.   Masques Dan À l'ouest du pays, dans la région de Man et Touba, les Dans sont créateurs d'un style de masque particulier, de forme ovoïde, parfois orné de cauris.   Photo : Masque Dan   Masques Akan L'institution du masque n' existait pas chez les Baoulés avant la migration qui les a conduit du Ghana en Côte d'Ivoire sous la conduite de la Reine Pokou. Goli, masque d'origine Gouro, est un masque-heaume en forme de tête de buffle qui ne sort que pour les grandes occasions. Goli est le fils de Nyamien, le dieu du ciel. Il est aussi le père de Kplé-Kplé. Goli est une divinité protectrice. Il fait partie des Amouins, les grands masques Baoulés. Le Goli et le Kplé-Kplé sont Akan. Le porteur du masque Goli est un initié plongé dans un sommeil hypnotique. Son costume se compose d'une grande cape, d'une jupe en fibres de raphia, de grelots aux pieds et il porte une peau de panthère sur le dos.     Photo : Masque Baoulé   Masques Sénoufos Chez les Sénoufos, les masques représentent aussi bien le corps humain que les divers animaux (serpents, crocodiles, caméléon) dont le grand calao qui joue un rôle essentiel dans la liturgie de ce peuple du nord du pays, dans la région des savanes, autour des villes de Boundiali, Tingréla et Korhogo. Pour Le Poro, rite initiatique des jeunes Sénoufos d'une durée de 7 ans, les masques utilisés sont souvent à visage humain et de petite taille. À l'occasion de cérémonies particulières, les masques peuvent être d'une très grande complexité en associant bois, raphia, plumes, feuilles sur des motifs humains et animaliers. Les masques-heaumes zoomorphes sont appelés Wanyugo et sont utilisés dans le cadre du « Poro » ; les masques Kpélyé1sont utilisés lors des funérailles. Leurs danses durent en général toute la nuit.    Photo : Masque waniugo du nord de la Cote d'Ivoire   Masques Bétés Le masque Bété est une figure artistique et culturelle originaire du groupe ethnique Bété de Côte d'Ivoire. À l'origine, le masque, appelé Grè en Bété est une entité traditionnelle venue de l'ouest montagneux. Le Glè vient du mot Gla de l'ethnie Guéré. Il a subi des transformations tout au long de son parcours.     Photo : Masque Bété, xxe siècle   Masques Yohourés Chez les Yohourés, les masques servent à influencer les forces surnaturelles considérées comme responsables des maux des hommes et de leur prospérité. Ils sont interdits aux femmes. Les masques Yohouré sont en général entourés d'une bordure dentelée. Les Yohourés font danser 7 masques lors des funérailles.
    Feb 04, 2014 5909
  • 05 Feb 2014
    Le parc national de la Comoé se situe à 100 kilomètres nord-est de Bondoukou, en Côte d'Ivoire. dans la Région du Bounkani (Bouna) dont il occupe plus de moitié de la superficie. Il est bordé à l'ouest par la Volta Noire qui constitue la frontière nord-est, entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. Le parc porte le nom du fleuve Comoé qui le traverse.     Le parc de la Comoé a été reconnu comme un site du patrimoine mondial en raison de la diversité de la flore qu'il présente notamment la forêt vierge tropicale habituellement localisée seulement plus au sud.       Il bénéficie également de la présence de deux grands cours d'eau qui donnent à la terre et à l'écorégion, un taux d'humidité adapté à une biodiversité plus riche que les zones environnantes. En 2003, il est déclaré site du patrimoine mondial en péril en raison du braconnage, du pâturage exagéré du parc par le bétail, et de l'absence de gestion.     Les plaines d'inondation saisonnières créées autour du fleuve Comoé, dans le parc national de la Comoé, constituent une aire privilégiée d'alimentation d'une population de hippopotames. En outre, il abrite les trois espèces existantes de crocodiles d'Afrique, crocodile du Nil, faux-gavial d'Afrique, et crocodile nain de même que de nombreux oiseaux migrateurs qui utilisent ses zones humides saisonnières.   Photo : Localisation (Nord-est) du parc national de la Comoé   
    4375 Posted by Poster
  • By Poster
    Le parc national de la Comoé se situe à 100 kilomètres nord-est de Bondoukou, en Côte d'Ivoire. dans la Région du Bounkani (Bouna) dont il occupe plus de moitié de la superficie. Il est bordé à l'ouest par la Volta Noire qui constitue la frontière nord-est, entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. Le parc porte le nom du fleuve Comoé qui le traverse.     Le parc de la Comoé a été reconnu comme un site du patrimoine mondial en raison de la diversité de la flore qu'il présente notamment la forêt vierge tropicale habituellement localisée seulement plus au sud.       Il bénéficie également de la présence de deux grands cours d'eau qui donnent à la terre et à l'écorégion, un taux d'humidité adapté à une biodiversité plus riche que les zones environnantes. En 2003, il est déclaré site du patrimoine mondial en péril en raison du braconnage, du pâturage exagéré du parc par le bétail, et de l'absence de gestion.     Les plaines d'inondation saisonnières créées autour du fleuve Comoé, dans le parc national de la Comoé, constituent une aire privilégiée d'alimentation d'une population de hippopotames. En outre, il abrite les trois espèces existantes de crocodiles d'Afrique, crocodile du Nil, faux-gavial d'Afrique, et crocodile nain de même que de nombreux oiseaux migrateurs qui utilisent ses zones humides saisonnières.   Photo : Localisation (Nord-est) du parc national de la Comoé   
    Feb 05, 2014 4375
  • 06 Sep 2009
    Hello Everyone! This week-end has been filled with quite a bit of surprises. We all had to cancel our plans because my little nephew decided that he was tired of waiting to come into the world. Instead of the 17th, the 15th or even the 10th as planned, Ange-Christian much like his mother rolled in on his own schedule :) I am very proud and extremely happy to let everyone who's been there w/ us through all the trials and happy moments, that my sister, Francine has just given birth to a healthy little boy, this saturday Sept. 5th 2009 @ 8:47PM. Ange-Christian "Le Petit Prince" Balla Anoff (6bs10 and 20in long) and his mom are doing just fine and are resting comfortably at the hospital. They'll be here for the next 3 or 4 days :) I know I was supposed to start the French tutorials this saturday, but we've been in the hospital the whole day and I couldn't. So I'm really sorry about that. I'm still planning on posting un exercise de creative writing and a short lesson sometimes today or tomorrow when I get back home. I'm so excited this is sooo great. Can't wait to hold him in my arms. We went to talk to him in the nursery while they were cleaning him up and his dad's just as obssessed with him as I am. lol. His mom keeps crying every time she hears him cry. It's so surreal! I think as much as I'm excited there's a sense of non-belief as far far as whether or not this is real. Seems I'm not the only feeling like that. My sister is so amazing. She'd been in labor since Friday at 7AM but it wasn't until Saturday morning that we finally convinced her to go to the hospital. Once here, they decided to monitor her until 7PM when her doctor was scheduled to come in. It's so unbelievable that my baby sis now has a baby of her own... This is so GREAT!
    1661 Posted by DamzelD
  • By DamzelD
    Hello Everyone! This week-end has been filled with quite a bit of surprises. We all had to cancel our plans because my little nephew decided that he was tired of waiting to come into the world. Instead of the 17th, the 15th or even the 10th as planned, Ange-Christian much like his mother rolled in on his own schedule :) I am very proud and extremely happy to let everyone who's been there w/ us through all the trials and happy moments, that my sister, Francine has just given birth to a healthy little boy, this saturday Sept. 5th 2009 @ 8:47PM. Ange-Christian "Le Petit Prince" Balla Anoff (6bs10 and 20in long) and his mom are doing just fine and are resting comfortably at the hospital. They'll be here for the next 3 or 4 days :) I know I was supposed to start the French tutorials this saturday, but we've been in the hospital the whole day and I couldn't. So I'm really sorry about that. I'm still planning on posting un exercise de creative writing and a short lesson sometimes today or tomorrow when I get back home. I'm so excited this is sooo great. Can't wait to hold him in my arms. We went to talk to him in the nursery while they were cleaning him up and his dad's just as obssessed with him as I am. lol. His mom keeps crying every time she hears him cry. It's so surreal! I think as much as I'm excited there's a sense of non-belief as far far as whether or not this is real. Seems I'm not the only feeling like that. My sister is so amazing. She'd been in labor since Friday at 7AM but it wasn't until Saturday morning that we finally convinced her to go to the hospital. Once here, they decided to monitor her until 7PM when her doctor was scheduled to come in. It's so unbelievable that my baby sis now has a baby of her own... This is so GREAT!
    Sep 06, 2009 1661

(200 symbols max)

(256 symbols max)